– Mercredi/Woensdag 21 nov. –

Courts-métrages koweïtiens

Compétition Documentaire

Brussels 44 Center (Passage 44)

 


AU PROGRAMME :

  • 15h00 – 15h45 〉  Séance spéciale Koweït : courts métrages
  • 16h00 – 17h30 〉  Documentaire 1 : « Les jours maudits » de Artem Iurchenko (72 min.)
  • 17h30 – 18h30 〉  Documentaire 2 : « Migrants migrer : le retour » de Abdou Lahat Fall (70 min.)
  • 18h30 – 19h45 〉  Documentaire 3 : « Alcool, Drogues, Médicaments et Rock ’n roll » de Matthieu Simon (68 min.) – En présence du réalisateur

Les tickets pour la séance « Spéciale Koweït » et pour les films documentaires sont disponibles sous l’onglet « Billeterie ».

 


♦ Séance spéciale Koweït (Première belge/Belgische première)

  • Deux courts métrages de Meqdad Al-Kout (« Ali » et « The Best Life ») en forme de miroir sur la société koweïtienne ;
  • Un court métrage d’animation de Yousef Al Bagshi (« Sandarah ») qui revient, de manière poignante et sans paroles, sur les blessures de guerre du peuple koweïtien ;
  • Un court métrage de Nasser Al-Abdullah (« Charlie Chaplin in G.U.S.T ») en hommage au personnage de Charlie Chaplin.

♦ « Les jours maudits » (Première belge/Belgische première)

Les Jours maudits, Artem Iurchenko, 2018, France/Ukraine, 72’

 

 

Pitch

FR : Ukraine, 2014. Protégé du monde extérieur, Vladimir y prodigue l’enseignement de la précision du trait entre deux tasses de café. Le temps y semble suspendu alors que des bribes d’un présent animé y pénètrent. Les sons et les images de la révolution qui gronde sur la place Maïdan arrivent jusque-là contre la volonté de Vladimir, réticent à reconnaître l’influence de l’Histoire de son pays sur sa vie etsur son œuvre. Et pourtant, sous la finesse de ses traits, toute la violence du passé, de l’actualité, et peut-être déjà d’une guerre future, explose.  

NL : Oekraïne, 2014. Beschermd van de buitenwereld leerde Vladimir de precisie van de lijn tussen twee kopjes koffie. De tijd lijkt te zijn opgehangen als er stukjes van een geanimeerd heden binnenkomen. De geluiden en beelden van de revolutie die op het Maidanplein rommelt, komen tegen de wil van Vladimir in, die niet graag de invloed van de geschiedenis van zijn land op zijn leven en werk erkent. En toch, onder de finesse van zijn kenmerken, explodeert al het geweld van het verleden, van het heden en misschien al van een toekomstige oorlog.

 

Bio du réalisateur

Artem Iurchenko, né en 1987 à Kiev, suit un master en Art Media à l’École Supérieure des Beaux-Arts de Tours ainsi qu’un master en réalisation documentaire à Lussas en 2014. Il s’intéresse à la lithographie et la sérigraphie et a plusieurs expositions de gravures à son actif.  

 

 


♦ « Migrants migrer : le retour impossible » (Première belge/Belgische première)

Migrants, migrer : le retour impossibleAbdou Lahat Fall, 2018, Sénégal, 70’, VF

 

 

Pitch

FR : Dans le monde, existe près d’un million de Sénégalais dont beaucoup sont sans-papiers. En Europe, où ils résident depuis des années, ils sont traqués et expulsés. Après 30 ans de vie en Europe, Tchékyfut l’une de ces personnes. Malheureusement, Tchéky décède avant le début du tournage du documentaire ce qui a suscité bon nombre de questions et d’émotion. Au travers de diverses histoires similaires, le documentaire essaie de comprendre pourquoi les Sénégalais sans-papiers ne veulent pas retourner dans leur pays d’origine.  

NL : Er zijn bijna een miljoen Senegalezen in de wereld, van wie velen zonder papieren. In Europa, waar ze jarenlang hebben gewoond, worden ze opgejaagd en verdreven. Na 30 jaar in Europa te hebben gewoond, was Cheky een van hen. Helaas stierf Cheky voordat de documentaire gefilmd werd, wat veel vragen en emoties oproept. Aan de hand van verschillende gelijkaardige verhalen probeert de documentaire te begrijpen waarom Senegalezen zonder papieren niet willen terugkeren naar hun land van herkomst.  

 

Bio du réalisateur

Abdou Lahat Fall obtient une licence cinématographique après des études de réalisation à l’ISIS de Ouagadougou. Il a d’abord été assistant réalisateur avant de réaliser son premier moyen-métrage en 2015. Migrants, migrer : le retour impossible est son premier long-métrage.  

 


♦ « Alcool, drogues, médicaments et rock’n roll » (Première belge/Belgische première)

Alcool, Drogues, Médicaments et Rock ’n roll, Matthieu Simon, 2018, France, 68’, VF

 

 

Pitch

FR : Au hasard de leurs errances quotidiennes, Magness et Jean Bon nous entraînent dans leurs itinéraires croisés qui évoquent la singularité de leur quête artistique et existentielle. Le documentaire parcourt les territoires intimes de ces artistes : le monde de la nuit et de ses ivresses variées, celui de la photographie, de la musique et de la scène slam, l’ambiance glam punk du roller derby. Le documentaire retrace aussi des moments douloureux, liés aux dérives psychiatriques ou à l’enfermement carcéral. L’art apparaît alors comme une forme de reconquête de soi. 

NL : Willekeurig in hun dagelijkse omzwervingen leiden Magness en Jean Bon ons naar hun gekruiste routes die de eigenheid van hun artistieke en existentiële zoektocht oproepen. De documentaire verkent de intieme gebieden van deze kunstenaars: de wereld van de nacht en zijn gevarieerde intoxicaties, de wereld van de fotografie, de muziek en de slam scene, de glamour punksfeer van de roller derby. De documentaire vertelt ook over pijnlijke momenten die verband houden met psychiatrische mishandelingen of gevangenschap. Kunst verschijnt dan als een vorm van zelfverovering. 

 

Bio du réalisateur

Matthieu Simon est originaire du Havre où il vit et travaille. Il suit des études de sciences humaines et se spécialise dans le domaine de l’histoire et de sa transmission orale en Afrique et est titulaire d’un master sur la mémoire des anciens combattants ouest africains. Il devient comédien en 1999 et tourne la même année son premier court-métrage, All Night Long Baby. Il se tourne ensuite vers le documentaire.