Jury International

 

 

Le jury international remettra les prix suivants: le Grand Prix du Festival, le Prix du Meilleur Réalisateur, le Prix de la Meilleure Actrice, le Prix du Meilleur Acteur, le Prix du Meilleur Court-Métrage.

 

LE JURY INTERNATIONAL

 

Douglas Kennedy (Président)

Douglas Kennedy est né à Manhattan le 1er janvier 1955. Il grandit dans l’Upper West Side, étudie à la Collegiate School (le plus vieux lycée de New York) et au Bowdoin College dans l’état du Maine, avant de partir un an au Trinity College de Dublin, en 1974. De retour à New York il passe plusieurs mois à travailler sans succès comme régisseur dans des théâtres de Broadway. En mars 1977, entre deux productions, il décide de partir à Dublin pour rendre visite à des amis.

Quelques jours à peine après son arrivée à Dublin, il devient cofondateur d’une compagnie de théâtre. Dix-huit mois plus tard, il rejoint le National Theatre of Ireland en tant qu’administrateur de la branche expérimentale. Il y passe cinq années (1978-1983), pendant lesquelles il commence à écrire, la nuit. En 1980, il vend sa première pièce à la chaîne de radio britannique BBC Radio 4 qui lui en commandera deux autres.

En 1983, il quitte le National Theatre of Ireland pour se consacrer exclusivement à l’écriture. Pour survivre, il devient journaliste free-lance, notamment pour l’Irish Times où il tient une rubrique de 1984 à 1986. En 1986, sa première pièce pour la scène est un échec désastreux, tant critique que public. Peu de temps après, l’Irish Times supprime sa rubrique.

En mars 1988, il déménage à Londres, au moment où son premier livre, un récit de voyage, est publié. Deux autres suivront. Ces trois livres reçoivent un très bon accueil critique. Parallèlement, sa carrière de journaliste free-lance connaît également un essor.

En 1994, sort son premier roman, Cul-de-sac (Gallimard – Série Noire, 1998), réédité dans une nouvelle traduction sous le titre Piège nuptial (Belfond, 2008). En 1997, il est porté à l’écran par Stephen Elliot, le réalisateur de Priscilla, folle du désert.

Son deuxième roman, L’homme qui voulait vivre sa vie (Belfond, 1998 ; Pocket, 1999), connaît un succès international. Traduit en seize langues, il s’est vendu à plus d’un million d’exemplaires à travers le monde et a été adapté au cinéma en 2010 par Éric Lartigau avec Romain Duris, Marina Foïs et Catherine Deneuve.

Son troisième roman, Les désarrois de Ned Allen (Belfond 1999 ; Pocket 2000) est aussi un best-seller et un succès critique, traduit en quatorze langues.

La Poursuite du bonheur (Belfond, 2001 ; Pocket, 2003) marque un changement radical. Après trois romans que l’on pourrait qualifier de thrillers psychologiques, Douglas Kennedy opte pour une histoire d’amour tragique et augmente le nombre de ses lecteurs. La Poursuite du bonheur (Belfond, 2001 ; Pocket, 2003) est traduite en douze langues et se retrouve en finale du Prix des Lectrices de Elle.

Ont suivi Rien ne va plus (Belfond, 2002 ; Pocket, 2004)– Prix littéraire du Festival du cinéma américain de Deauville 2003–, Une relation dangereuse (Belfond, 2003 ; Pocket, 2005) qui confirme son succès critique et public, Au pays de Dieu (Belfond, 2004 ; Pocket, 2006), l’un de ses trois récits de voyage publié à la fin des années 80, Les Charmes discrets de la vie conjugale (Belfond, 2005 ; Pocket, 2007), La Femme du Ve (Belfond, 2007 et Pocket, 2009) – adapté au cinéma en 2011 par Pawel Pawlikowski, avec Kristin Scott Thomas et Ethan Hawke –, Quitter le monde (Belfond, 2009 ; Pocket, 2010), Au-delà des pyramides (Belfond, 2010 ; Pocket, 2011), Cet instant-là (Belfond, 2011 ; Pocket 2012), Combien ? (Belfond, 2012 ; Pocket 2013), Cinq jours, (Belfond 2013 ; Pocket 2014), L’Homme qui murmure à l’oreille des femmes, (Belfond 2014 ; Pocket 2015), Mirage (Belfond, 2015 ; Pocket, 2016), de Toutes ces grandes questions sans réponses (Belfond, 2016 ; Pocket, à paraître en octobre 2017)

Père de deux enfants, Max et Amelia, Douglas Kennedy vit maintenant à New York, à Montréal et dans le Maine, et séjourne régulièrement à Londres, Paris et Berlin.

Il est aujourd’hui un des auteurs favoris des Français et des lecteurs francophones, avec huit millions d’exemplaires vendus pour l’ensemble de ses titres.

Sont disponibles également chez OMNIBUS : Mes héroïnes (réunissant La Poursuite du bonheur, Une relation dangereuse, Les Charmes discrets de la vie conjugale), Des héros ordinaires (L’homme qui voulait vivre sa vie, Les désarrois de Ned Allen, Rien ne va plus, Piège Nuptial) et Les Fantômes du passé (La Femme du Ve, Quitter le monde et Cet instant-là).

 Katy Lena Ndiaye

Katy Lena Ndiaye est une journaliste-documentariste diplômée de l’IHECS. Depuis 2000, elle alterne les expériences avec la RTBF et le cinéma indépendant.

Ses films « Traces, empreintes de femmes » et « En attendant les hommes » ont été salués par la critique et primés dans de nombreux festivals. On a pu les voir sur Arte, la RTBF, Canal+, TV5, YLE…

Avec sa maison de production, IndigoMood, Katy Lena Ndiaye développe aujourd’hui des projets depuis le Sénégal. Elle travaille actuellement sur deux long-métrages documentaires « On passe à l’attaque » et « Une histoire du franc CFA ».

 Grégory Fitoussi

Né en 1976 à Paris, Gregory Fitoussi a toujours été attiré par le métier de comédien. Après le bac, il passera très vite des castings et tournera des pubs et un clip de Pascal Obispo et Zazie.

C’est en 2001 qu’il décroche le rôle de Pierre Lantosque, jeune homme violent, dans la série d’été « Méditerranée ». Après avoir joué dans de nombreuses fictions, il incarnera Orso della Rebia dans « Colomba » réalisé par Laurent Jaoui et adapté de l’œuvre de Prospère Mérimée.

On le retrouve en 2006 dans « Marie Besnard » de Christian Faure aux côtés de Muriel Robin, « L’Etat de Grace » de Pascal Chaumiel avec Anne Consigny, « Chat bleu, chat noir » de Jean-Louis Lorenzi avec Cristiana Réali et « Opération turquoise » d’Alain Tasma pour Canal +. Mais aussi dans le blockbuster américain « Rise of the cobra » de Stephen Sommers aux côtés de Sienna Miller. On a pu le voir sur Canal + dans « Engrenages » de 2005 à 2010. Mais aussi dans « les Mystères au Moulin rouge » diffusé sur France2 ainsi qu’au cinéma dans « La conquête » de Xavier Durringer présenté en 2011 au festival de Cannes. Il apparait dans la série « Les hommes de l’ombre » de Frédéric Tellier diffusé sur France 2 ainsi que dans « La main du mal » de Pierre Aknine.

Reconnu aussi dans le cinéma avec les films « Mince alors ! » de Charlotte de Turckeim, World war Z de Marc Forster, Jamais le premier soir de Mélissa Drigeard et « Emperor » de Lee Tamahori. Il sera bientôt à l’affiche avec le film de Maxime Govare « Daddy Cool ».

Xavier Laurent

(Crédit photos : François Berthier)

Xavier Laurent a commencé sa carrière théâtrale avec les spectacles de Robert Hossein avant d’arriver à la télévision sur TF1 avec la série « La vie devant nous ». Suite à cette aventure,  Xavier Laurent a participé à d’autres programmes télévisuels comme par exemple « Sécurité Intérieure » réalisé par Patrick Grandperret pour Canal+. C’est en 2013 que Ron Howard le prend pour son film « Rush » sur la formule1 aux côtés de Daniel Bruhl et qu’il reprendra par la suite pour « Inferno » en 2016 pour faire équipe avec Omar Sy face à Tom Hanks.

Xavier Laurent a également fait des participations dans d’autres films américains comme « RED2 » avec Bruce Willis ou « Monuments Men » de et avec Georges Clooney et Matt Damon ou « Bone in the Throat » avec Ed Westwick et Vanessa Kirby, mais aussi pour la télévision anglaise avec Mark Rylance dans « Wolf Hall » de Peter Kosminsky pour la BBC.

Zoé Félix

Zoé Félix fait des débuts remarqués au cinéma, aux côtés de Romain Duris, Clément Sibony et Benoît Magimel dans Déjà mort d’Olivier Dahan, pour lequel elle est récompensée d’un Prix d’Interprétation au Festival des Jeunes Comédiens de Béziers. Elle devient ensuite l’héroïne du téléfilm Vent de poussières de Renaud Bertrand et apparaît dans un épisode de la série Les Redoutables réalisé par Bernie Bonvoisin et de H, sous la direction d’Éric Lartigau. Courtisée par le court métrage, elle figure au générique de La Lune se couche d’Areski Ferhat, Sunday Morning Aspirin d’El Diablo, Granturismo de Denis Thybaud, Bois ta suze de Thibault Staib et Emmanuel Silvestre ou encore Bonjour Madame de César Vayssier. Après Pour l’amour du ciel de Philippe Azoulay, elle envoûte Michaël Youn dans le délirant La Beuze de Vincent Desagnat et Thomas Sorriaux et retrouve Romain Duris et Clément Sibony dans Osmose de Raphaël Fejtö. Elle incarne la compagne de Gérard Darmon dans la trilogie Le Cœur des Hommes de Marc Esposito qui la dirige à nouveau dans Toute la beauté du monde. Atout charme de L’Incruste d’Alexandre Castagnetti et Corentin Julius, elle est invitée à L’Anniversaire de Diane Kurys. Elle interprète l’épouse dépressive de Kad Merad dans Bienvenue chez les Ch’tis de Dany Boon, la comédie culte aux vingt millions d’entrées et devient en parallèle le nouveau visage de la série Clara Sheller, diffusée sur France 2.

Membre d’une équipe humanitaire séquestrée dans le thriller Captifs de Yann Gozlan qui lui vaut le Prix de la Meilleure Actrice au Scream Fest de Los Angeles, elle s’offre un Grand Départ chez Nicolas Mercier et apparaît dans Studio illégale d’Umberto Carteni. Elle sera prochainement à l’affiche d’Uchronia de Christophe Goffette. À la télévision, elle participe à l’épisode Une si gentille serveuse de la série de Jean-Pierre Mocky Myster Mocky présente et à L’Homme à l’envers de Josée Dayan, issu de la Collection Fred Vargas.

Elle est récemment remarquée dans Darwin 2, Nos chers voisins, What Ze Teuf, Les Kassos et Prof T., programmé sur TF1. Sur les planches, elle est dirigée par Francis Veber dans sa pièce Le Placard où elle donne la réplique à Élie Semoun et dernièrement par Isabelle Nanty au Théâtre Tristan Bernard dans la comédie Je vous écoute, écrite par Bénabar et Hector Cabello Reyes.  Et enfin en 2018, on la retrouvera au cinéma dans Pogrom, un film italien réalisé par Antonio Serrano aux côtés de Gérard Depardieu.

 

Jury Documentaire

Jury Cine jeunes